Citation Mathias LAIR

 

 

 

...Peut être, le temps de la création poétique rejoue-t-il celui de notre propre création, celui où une voix primordiale s'est nouée à ce qui n'était pas encore notre corps pour nous le donner. Au moment où nous tombions du tout dans ce monde, la voix d'une sirène est venue nous rassembler dans une vitale illusion, alors que nous étions éparpillés, en voie de disparition...

 

Il y a poésie

de

Mathias LAIR

page 21 de

Décharge n°122. Juin 2004.

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site