Regard d'Henry Miller sur Picasso

 

Henry Miller

voici Aquarelles :

livre/lettre à lire avec allégresse, comme les réflexions reçues d'un ami...

citation :

" Dans l'art, la plus grande joie, le plus grand triomphe se produisent au moment où, aboutissant à la maîtrise parfaite de ce mode d'expression, tu sacrifies à dessein celle-ci dans l'espoir de découvrir la vérité essentielle, cachée au fond de toi. Cet instant arrive comme en récompense à tes efforts - c'est la liberté du maître, obtenue grâce à la rigueur la plus extrême. Alors, et alors seulement, quoi que tu fasses ou dises, tu as toujours raison, et personne n'ose plus te critiquer. Je ressens cela très souvent en regardant les toiles de Picasso. Sa grande liberté, sa spontanéité sont l'aboutissement, on le sent, du soutien, de la pression, de l'influence exercés par tout son être, asservi pendant une période interminable à la discipline de l'esprit. Le geste le plus léger devient alors aussi juste que le coup de pinceau le plus réfléchi."

Henry Miller
Aquarelles, page 42.

 

Voir quelques unes des peintures de Henry Miller:
http://aubry.free.fr/Miller3.htm

Article Wikipédia sur Henry Miller :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Henry_Miller

 

Pour faire écho à cette réflexion de Heny Miller, sur le juste équilibre entre spontanéité et parfaite maîtrise d'une technique, je vous propose une citation de Fabienne Verdier, calligraphe émérite, extraite de sont livre : "Passagère du silence"

" On enrichit sa peinture en vivant pleinement l'humeur du jour. Le peintre ne copie pas la nature, mais elle est sa révélation première; il en restitue les traits, les états, l'ossature. Un brin d'herbe est source de connaissance. Il apprend la ligne drue, coupante, dense. La danse de l'oiseau en vol indique comment se déployer, prendre son élan, piquer vers le sol.

 

Le peintre, au cours de son existence, se construit une banque de données psychiques à partir de sa connivence avec le monde. C'est ce qu'il restitue dans son trait. Un jour, de cette banque de données naîtra naturellement, en un geste spontané, un acte créatif. Le beau en peinture chinoise, c'est le trait animé par la vie, quand il atteint le sublime du naturel ».


Blog, critique de " Passagère du silence" :
http://www.e-litterature.net/publier2/spip/spip.php?article198

Site officiel de Fabienne Verdier:
http://www.fabienneverdier.com/

Voir quelques calligraphies de Fabienne Verdier à la galerie Alice Pauli :
http://www.galeriealicepauli.ch/expos-texte.html

 

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.