Noa Noa de Paul Gauguin

 

Tout a commencé dans une brocante, avec la découverte de cet exemplaire de Noa Noa de Paul Gauguin. Immédiatement le texte me séduit et les notes sur l histoire du manuscrit m intriguent. Voici donc mes pérégrinations pour approcher le texte original :

 

 

  Noa Noa de Paul Gauguin, couverture de Beniamo Orteski  

n°217 éditions MILLE.ET.UNE.NUITS 2002

 

 

" Le 8 juin, dans la nuit, après soixante-trois jours de traversées diverses ― soixante-trois jours pour moi de fiévreuse attente,  d'impatientes rêveries vers la terre désirée ―, nous aperçûmes sur la mer des feux bizarres qui évoluaient en zigzags. Sur un ciel sombre se détachait un cône à dentelles.

Nous tournions Moora pour découvrir Tahiti."

 

 

Voilà les toutes premières phrases du journal tenu par Paul Gauguin lors de son premier séjour polynésien (juin 1891- août 1893), édité sous le titre Noa Noa.

 

Gauguin y relate sa découverte de la civilisation

des Maoris, sa vie avec sa jeune maitresseTehura (Teha amana), son émerveillement de peintre et d homme.

 

Paul Gauguin. Tehura,  masque en bois de pua, polychrome. M usée d'Orsay, Paris, France

 

 

Quelques extraits de la première version sont publiés en 1897 dans la Revue blanche  ( T14, oct-dec 1897, pages 81 et 166) agrémentés de textes et poèmes de Charles Morice, poète symboliste et ami de Gauguin.

 

En 1901 Charles Morise publie aux éditions de la Plume cette version signée de lui même et de Gauguin.

 

En 1895 nouveau départ de Gauguin vers Tahiti. Il y restera jusqu en 1901.

 

De Tahiti, Gauguin travaille à une nouvelle version de Noa Noa, ornée de bois gravés, de photographies et d aquarelles . Gauguin a tout simplement  recopié son propre texte revu et corrigé par Charles Morice avant de repartir à Tahiti. Cette version est au cabinet des dessins du musée du Louvre. Photos visibles sur le site :

http://arts-graphiques.louvre.fr/fo/visite?srv=na

 

 

 

 


Gauguin s invite quai Branly. Collage 20x25


En 1966 Jean Loize publie chez André Balland à Paris le " Noa Noa " original  écrit par Paul Gauguin


En 1988 une nouvelle édition voit le jour , également à partir du manuscrit original de Paul Gauguin .

 

 

Cette magnifique édition, imprimée sur les presses de l imprimerie Arte Adrien Maeght,  Paris XIV, a la particularité de reproduire le manuscrit original de Paul Gauguin ainsi que la plupart des illustrations du manuscrit de 1895

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici, extraites de cette édition, les premières phrases de Noa Noa

 

 

Il est très émouvant de lire le texte écrit par la main même de Paul Gauguin, de visualiser son écriture. Les tâches d encre, les particularités du papier, les petits croquis sont autant de signes de complicité avec le lecteur. La sensation d avoir entre les mains un manuscrit de Noa Noa " presque à l état originel " est grisante.

 

 

 

en 1988  une nouvelle édition voit également le jour  :

 


édition établie, annotée et présentée par Pierre Petit; gravures réunies et commentées par Bronwen Nicholson. Paris : Jean Jacques Pauvert & Cie, 1988


en 1999  " Noa Noa, voyage à Tahiti" parait aux éditions Complexe précédé de " Gauguin dans son dernier décor" par Victor Segalen.

 

 en 2001 une édition bilingue

 

édition bilingue réalisée et présentée par Gilles Artur, Jean-Pierre Fourcade et Jean-Pierre Zingg, trad. anglaise de John Donne. Papeete : Éd. Avant et Après

 

en 2003 le  Livre : Géographies de Gauguin de Jean François Staszak parait aux éditions Bréal

 

 

en 2003 également, de Stéphane Guégan : Gauguin le sauvage imaginaire aux éditions du Chêne

quatrième de couverture :

Peintre maudit, éternel exilé, Gauguin traîne encore l'aura douteuse du génie méconnu. N'a-t-il pas payé, au prix fort, une liberté sans limites ? Liberté plastique, sociale, sexuelle : ce déclassé volontaire n'a pourtant pas mené une existence aussi accidentée, aussi désintéressée qu'on le dit, ni méprisé les règles de son milieu. Celui, moderne, des artistes indépendants, des galeries et des critiques. L'ancien agent de change a fait carrière, autrement. Il est mort à deux doigts du succès, aux Marquises, fauché par l'absinthe et la syphilis, rattrapé et en partie conquis par la France coloniale. Faut-il en vouloir à ces biographes qui continuent à confondre sa vie et la légende ? Car Gauguin en est le premier instigateur. Il se met en scène dès les années bretonnes et soigne jusqu'à Tahiti sa réputation de paria et d'indien. Lui qui prétendait vivre et peindre « à l'état primitif », en haine de l'« Occident pourri », ne fut qu'un sauvage imaginaire. Mais la vanité de sa quête ne fait-elle pas la puissance de son art ?

 

en 2006  les éditions Solar/Géo publient :

Gauguin voyageur, du Pérou aux îles marquises

de Jean François Staszak

un extrait :

 
L'idée du départ n'est pas abstraite. Gauguin sait de quoi il parle. Il connaît les colonies et les tropiques pour avoir passé son enfance au Pérou et fait ensuite, quand il était marin, plusieurs escales aux Caraïbes et en Amérique du Sud. Par ailleurs, il est bien informé par sa lecture assidue d'ouvrages de géographie, de littérature de voyage et de bonne vulgarisation
Son projet est d'abord d'aller vivre loin de Paris et de ses soucis. [... ]

- chapitre : Tropiques - page : 63 -

pour en savoir plus sur ce livre :

http://www.cafe-geo.net/article.php3?id_article=1033

 

enfin parait en 2007 :

 

 

Le journal original de Paul Gauguin lors de son premier voyage à Tahiti, et avant sa réécriture par Charles Morice. Paris, ed L Escalier, 2007

 

Puis en 2008 toujours aux éditions L Escalier

 

 


Avant de se rendre à Tahiti, Gaugin séjourna à Pont Aven


Voici un extrait du poème Gauguin en Bretagne de Kenneth White :


Ce qui le caractérisait

était une sorte d intellectualité brutale

qu il avait manifestée plus dune fois

à Paris dans tel ou tel café

c est pourquoi plus d un artiste sentimental

ne pouvait le voir en peinture


il revenait sans cesse sur un ou deux principes :


" une peinture est une surface plane

couverte de couleurs dans un certain ordre

...

" ne copiez pas trop d après nature

l art est une abstraction "

...

" il n y a pas d art exagéré

il n y a de salut que dans l extrême "

 

 

Pour en savoir plus sur Paul Gauguin, sites web :

 

Biographie de Paul Gauguin :  http://www.impressionniste.net/gauguin.htm

Des jeux pour découvrir l univers de Gauguin  : http://www.curiosphere.tv/gauguin/

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site