Poème

Clin d'oeil à Ronsard

                      Mignonne, allons voir si la rose                       

                                     A Cassandre                                    

 

                          Mignonne, allons voir si la rose                  

                            Qui ce matin avoit desclos                       

                           Sa robe de pourpre au Soleil,                    

                           A point perdu ceste vesprée                      

                          Les plis de sa robe pourprée                       

                          Et son teint au vostre pareil                       

 

                   Las ! voyez comme en peu d'espace                   

                     Mignonne, elle a dessus la place                      

                    Las ! las ses beautez laissé cheoir !                   

                       Ô vrayment marastre Nature,                        

                       Puis qu'une telle fleur ne dure                        

                        Que du matin jusques au soir !                       

 

                     Donc, si vous me croyez, mignonne,                   

                      Tandis que vostre âge fleuronne                        

                          En sa plus verte nouveauté,                          

                     Cueillez, cueillez vostre jeunesse :                    

                       Comme à ceste fleur la vieillesse                     

                              Fera ternir vostre beauté.                         

                 Pierre de Ronsard (1524-1585) Livre d'Odes              

                               Ronsard démasqué  :                                 

blog où ce poème de Ronsard est décrypté d'une manière inattendue et pleine d'humour, façon hip hop !  

http://alanoix.over-blog.com/article-2749877.html

                 D'autres poèmes de Ronsard sur le web :               

http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/pierre_de_ronsard/index.html

                                J'ai pour maîtresse...                            

 

            J'ay pour maistresse une estrange Gorgonne,            

                   Qui va passant les anges en beauté,                  

                        C'est un vray Mars en dure cruauté,              

                        En chasteté la fille de Latonne.                   

 

                   Quand ie la voy, mile fois ie m'estonne            

                     La larme à l'oeil, ou que ma fermeté              

                         Ne la flechit, ou que sa dureté                   

                  Ne me conduit d'où plus on ne retourne.            

 

                    De la nature un coeur ie n'ay receu,                 

                   Ainçois plustost pour se nourrir en feu               

                     En lieu de luy i'ay une Salamandre :                 

 

              Mon  corps n'est point ny de terre, ny d'eau             

                   Ny d'air leger, il est fait d'un flambeau               

               Qui se consume et n'est jamais en cendre.             


 


'

Feuille d’artichaut et grain de folie

 

 

 

 

Feuille d’artichaut et grain de folie

 

Ou comment Quidam le jardinier devint écrivain.

 

Dans le temps jadis,

Bien avant les dinosaures,

Les elfes ou les anges,

Vivait Quidam,

Un jardinier aux moustaches affriolantes.

 

Il avait,

Pour habitude,

De cultiver les artichauts,

Les petits pois et les virgules.

 

Il cuisinait aussi,

A ses heures perdues 

Et concoctait

Des fricassées aux goûts étranges,

Des ragoûts mélodieux,

Et des mélis-mélos de poireaux,

Très extravagants.

 

Jusqu’au jour où…

Les virgules,

Rebelles  à tous ces assaisonnements,

S’accouplèrent aux petits pois

Et donnèrent naissance à une ribambelle 

De lettres, de signes rares

Et de ponctuations étrangères au raisonnement.

 

Fini la tranquillité et la bonne cuisine :

Quidam  devint écrivain,

Et apprêta  à n’en plus finir,

La virgule et le réséda.

 

Mais l’histoire de dit pas,

Si la virgule et les petits pois,

Gagnèrent au change…

Seulement, voilà,

Pour l’artichaut,

Rien ne changea :

son cœur était toujours à prendre.

 

 

Anélias.B

De dimanche à lundi

 

 

la tête dans les nuages

 

 

 

 

De dimanche à lundi.

 

Aujourd’hui dimanche,

J’ai laissé les mots,

Au repos.

 

Petits moutons tranquilles

Ils paissent,

Digressent au fil du temps,

S effilochent dans le vent.

 

Il est probable que lundi,

Les moutons soient tous partis...

 

Anelias.B

 

 

 

Iris

 

 


Iris au désir pourpre,

Lisière éphémère

Parfum de volupté

Fleur, étoile, mystère

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×