Clin d'oeil à Ronsard

                      Mignonne, allons voir si la rose                       

                                     A Cassandre                                    

 

                          Mignonne, allons voir si la rose                  

                            Qui ce matin avoit desclos                       

                           Sa robe de pourpre au Soleil,                    

                           A point perdu ceste vesprée                      

                          Les plis de sa robe pourprée                       

                          Et son teint au vostre pareil                       

 

                   Las ! voyez comme en peu d'espace                   

                     Mignonne, elle a dessus la place                      

                    Las ! las ses beautez laissé cheoir !                   

                       Ô vrayment marastre Nature,                        

                       Puis qu'une telle fleur ne dure                        

                        Que du matin jusques au soir !                       

 

                     Donc, si vous me croyez, mignonne,                   

                      Tandis que vostre âge fleuronne                        

                          En sa plus verte nouveauté,                          

                     Cueillez, cueillez vostre jeunesse :                    

                       Comme à ceste fleur la vieillesse                     

                              Fera ternir vostre beauté.                         

                 Pierre de Ronsard (1524-1585) Livre d'Odes              

                               Ronsard démasqué  :                                 

blog où ce poème de Ronsard est décrypté d'une manière inattendue et pleine d'humour, façon hip hop !  

http://alanoix.over-blog.com/article-2749877.html

                 D'autres poèmes de Ronsard sur le web :               

http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/pierre_de_ronsard/index.html

                                J'ai pour maîtresse...                            

 

            J'ay pour maistresse une estrange Gorgonne,            

                   Qui va passant les anges en beauté,                  

                        C'est un vray Mars en dure cruauté,              

                        En chasteté la fille de Latonne.                   

 

                   Quand ie la voy, mile fois ie m'estonne            

                     La larme à l'oeil, ou que ma fermeté              

                         Ne la flechit, ou que sa dureté                   

                  Ne me conduit d'où plus on ne retourne.            

 

                    De la nature un coeur ie n'ay receu,                 

                   Ainçois plustost pour se nourrir en feu               

                     En lieu de luy i'ay une Salamandre :                 

 

              Mon  corps n'est point ny de terre, ny d'eau             

                   Ny d'air leger, il est fait d'un flambeau               

               Qui se consume et n'est jamais en cendre.             


 


'
Commentaires (1)

1. Suzâme 21/11/2011

J'aime tout chez toi... Le mystère de ta créativité toujours renouvelée, tes élans, tes silences, tes goûts hétéroclites... Toute mon amitié. Suzâme

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.