Fantômes d'écriture

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Préface de Frédéric H. Fajardie

 

 

Je ne vois pas comment, en quelques lignes, rendre compte de cette merveilleuse aventure commune qu'on pourrait banalement intituler «  L'atelier d'écriture de la bibliothèque des pâquerettes, saison 2001/2002. Et pourquoi pas, sécheresse pur sécheresse : « Activités culturelles au Stalag zwxcc/208/LW de Lötzen, Prusse orientale, saison 1934-1944 » ?

Que nenni, belles dames et doux seigneurs, et de beaucoup s'en faut !

Je me farderais bien d'idéaliser un passé trop récent pour qu'il prête à la chose, et ne ressens, étant trop jeune encore, les atteintes d'un confusionnisme qui me ferait gâteau. Il y eut certes de petites tensions, des désaccords parfois profonds, de rares mouvements d'humeur...mais franchement, broutilles que tout cela au regard du reste.

Le reste ?... Ce petit roman que vous tenez entre les mains. Il n'a l'air de rien, n'est-ce pas, ce petit roman-là ?... Juste une petite chose, un frêle esquif dans la mer de papier des innombrables parutions et pourtant, « Français, si vous saviez !... »

Il a fallu, à raison d'un chapitre par personne, que nous accordions nos violons pour ne pas saboter la partition.

Chacun son histoire dans l'histoire. Individuel mais collectif.

Je me souviens, à vrai dire, que de cela, ces regards lumineux, les montés d'adrénaline, le plaisir à surmonter la contrainte et vaincre l'adversité, bref, créer ensemble. Qui dira jamais assez cela, cette pensée un peu triste et cependant ce fond d'allégresse lorsque dans la vie on se dit : « j'en étais » sachant bien ce que ces quelques pauvres mots contiennent d'incommunicabilité ?

Oui, nous en fûmes et personnellement, j'éprouve en effet quelques fierté à avoir travaillé avec les « scribouillards » ainsi qu'ils s'appelaient en trop grande modestie quand je n'aimais pas cette expression pensant, pour ma part, qu'ils étaient bien autre chose que cela, des gens en devenir dont le s limites ne sont que ce qu'ils décideront qu'elles soient.

Je les remercie pour leur patience tous ces samedis après-midi, gris et pluvieux aux saisons froides, roses et sucrées dès le printemps...

Merci aussi à ceux de la bibliothèque des Pâquerettes sise en « Le petit Nanterre » : Françoise, Antoine et tous les autres.

 

Automne 2002

 

Frédéric H Fajardie

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×